Robin Renucci, ministre de la Culture !

Même si nous venons de voir avec l’exemple de Nicolas Hulot qu’il ne suffit pas d’être un grand militant d’une cause, avoir de la notoriété, du charisme et des idées pour devenir un ministre influent de la cause en question, certains verraient bien Robin Renucci Rue de Valois tant il coche toutes les cases ci-dessus énoncées. Lui a toujours préféré rester à sa place d’artiste, de comédien, de metteur en scène et de grand militant de l’action artistique, de l’éducation populaire et de l’éducation artistique et culturelle. Un engagement particulièrement actif cet été avec, le 8 août, une tribune signée avec huit autres représentants d’associations culturelles  et parue dans Le Monde intitulée « La politique présidentielle affaiblit délibérément le ministère de la culture », et l’appel du 18 août dans Libération avec un collectif d’artistes, intitulée « L’éducation artistique est un vecteur d’émancipation ». Des engagements et des argumentions que l’on retrouve approfondis dans l’entretien de 14 pages qu’il nous a accordés dans le dernier numéro de NECTART sur les thèmes qui lui sont chers : la fin du libéralisme, l’éducation par l’art, la puissance du récit et de la parole, la maîtrise du langage, la nécessité d’être auteur de sa vie…

 

Télécharger la tribune « La politique présidentielle affaiblit délibérément le ministère de la culture »

Télécharger la tribune « L’éducation artistique est un vecteur d’émancipation »